Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA COMPAGNIE DES VINS
  • LA COMPAGNIE DES VINS
  • : Le Blog du bien boire et du bien manger en pays de Gascogne. Vins du Sud de la France: Bordeaux, Madiran et Sud ouest, languedoc et vallée du Rhone. Mes dégustations, les producteurs et les terroirs, où les trouver et leurs prix.
  • Contact

Recherche

24 novembre 2012 6 24 /11 /novembre /2012 17:25

 

Chers amis du bon vin, bon jour

Je vous avais conté mes mésaventures en matière de Timbres Personnalisés. Souvenez vous, aprés 2 années à m'imprimer un Timbre avec mon logo,

 

 

 

FEMME-AU-VERRE-2.jpg

 

 

 

 la Poste de France me l'interdisait sous couvert de LOI EVIN, cette image étant source d'incitation à l'alcoolisme !!! Cette affaire, car cela en fut une, me fit même être interviewé par toute une série de journalistes à travers le monde qui ne comprenaient pas que dans le PAYS DU VIN, l'on puisse appliquer une telle censure.

 

Ayant laissé passer beaucoup d'eau sous les ponts, et beaucoup de vin dans les chais, je décidais il y a un mois, afin d'envoyer mes vœux 2013, de refaire imprimer un timbre personnalisé.

Ne souhaitant pas provoquer l'instance postale française, je proposais une nouvelle image où vin, vigne, verre étaient proscrits. Voici cette image :

 

 

 

 HOMME-AUX-TONNEAUX.jpg

 

 

 

Et bien figurez vous que cette image datant du XIII° siècle, montrant un artisan fabriquant des tonneaux, ce qui est l'une des plus vieilles inventions gauloises, m'a été refusé pour raison de LOI EVIN, qui je trouve, a de plus en plus, bon dos

Oui, Oui, pincez vous !!!

Je dirai simplement qu'il faut que le secteur du vin en France soit d'une solidité qualitative remarquable pour que, sans possibilité de publicité, voire simplement d'évocation du monde bachique, nous soyons les premiers au monde en rapportant à la balance des paiements de la France plus de 7 milliards d'Euros d'excédents. Oui, mais jusqu'à quand ?????

Allez, buvez peu, mais buvez bon.

 

Repost 0
LA COMPAGNIE DES VINS - dans VIN ET CENSURE
commenter cet article
18 février 2012 6 18 /02 /février /2012 11:02

 

 

Le propos du jour, mais en vin 1

 

Mes chers amis, avez vous remarqué comme ces derniers temps, l'on parle de production française, d'achat hexagonal, de mettre en avant les excellences françaises, de réhabiliter la marque « France ». ?

 

Savez vous que notre production vinicole française est la première au monde, tant au niveau quantitatif que qualitatif ?

Savez vous que l'activité économique du vin représente en France prés de 800 000 emplois directs et indirects (selon une toute récente étude de la Revue du Vin de France), et que le solde des exportations dégage un crédit de 10 milliards d' Euros (le solde total de la balance commerciale française pour 2011 est en débit de prés de 70 milliards d'Euros).

Ce solde positif est le second de l'activité française derrière l'aéronautique, mais bien devant les parfums et le luxe, et loin devant l'automobile, secteur souvent aidé financièrement.

 

Et de plus, vous vous doutez bien que la production de vin n'est pas délocalisable dans des pays à bas coûts. Même si la technologie vinicole est exportée en Amérique du sud, en Australie, et maintenant en Chine, les terroirs, eux, restent bien en France. Et ce que la nature a forgé pendant des millions d'années ne sera jamais remplacé par une technologie aussi pointue soit-elle.

 

Et pourtant...

 

Et pourtant depuis une vingtaine d'année (1991 exactement avec la loi Evin), l'argent public (plusieurs centaines de millions d'Euros chaque année) abreuve diverses officines dont le but avoué est de détruire la filière vinicole en installant un système prohibitionniste total, et pour y parvenir, en employant mensonges et calomnies ; rappelons nous les vignerons comparés à des narcotrafiquants, les cavistes à des dealers et le vin à un poison donnant le cancer dés le 1er verre bu !!! Et avec aucun moyen de répondre, le vin étant interdit d'antenne TV et Radio.

Ces propos ont été tenu par des personnes importantes, des ministres même, ces 5 dernières années. Mais qui se souviendra dans 20 ans, si la filière bachique venait à disparaître, qui se souviendra des fossoyeurs de cette noble activité, comme qui se souvient aujourd'hui des fossoyeurs de l'aluminuim français (Pechiney vendu à ALTRAN en 2003), et des fossoyeurs de la sidérurgie lorraine bradée en 2006. Qui ???

 

Nous pleurerons à chaudes larmes sur notre paradis perdu, nous jalouserons l'Italie et l'Espagne qui auront non seulement sauvé, mais développé leur production en l'intégrant dans les valeurs culturelles de leurs sociétés méditerranéennes.

 

Mes chers amis du bon vin, prions ensemble que mes propos ne soient dû qu'à un excès de pessimisme. Allez, je vais me servir un verre de COTES DE BROUILLY 2008 du Chateau THIVIN...... Divin.

 

 

 

 

 

 

LES-VENDANGES.jpg

 

 

Repost 0
LA COMPAGNIE DES VINS - dans VIN ET CENSURE
commenter cet article
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 14:55

Chers amis du juste vin, bonjour

            Si vous vous en souvenez bien, dans certains de mes articles concernant la censure à l’encontre du vin en FRANCE, je parlais de l’effet malfaisant de certains laboratoires pharmaceutiques. Avec le scandale du MEDIATOR, je voulais écrire une rubrique éclairant ce sujet, mais le manque de temps ne m’a pas permis de synthétiser l’ensemble des éléments que j’avais accumulé à cet effet. Hors, dans le dernier numéro de le REVUE DU VIN DE FRANCE, Denis SAVEROT, son rédacteur en chef est revenu lui aussi sur ce sujet. C’est son éditorial que je vous propose à la lecture :

« Pourquoi l’affaire du Médiator doit-elle interpeller les amateurs de vin ? Parce qu’elle traduit le pouvoir exorbitant pris par l’industrie pharmaceutique sur les autorités sanitaires de notre pays. Dans le scandale du Médiator, un laboratoire vendait un médicament dangereux tout en rémunérant les membres d’un cabinet ministériel en charge d’éviter ce genre de dérapage (entre autres).

Le rapport avec le vin ? Il se trouve lui aussi au centre d’un conflit d’intérêt, entretenu par les mêmes acteurs. Cette fois, les pouvoirs publics et les firmes pharmaceutiques se démènent pour disqualifier la consommation de vin. Officiellement, il s’agit de lutte contre l’alcoolisme. Le résultat, c’est l’explosion des ventes d’anxiolytiques et d’antidépresseurs dont notre pays est devenu le premier client européen.

Flash-back rapide :    Nous avons assisté en FRANCE, au cours de ces dix dernières années, à un déchaînement d’une violence inouïe contre le vin, ceux qui le produisent, ceux qui le vendent (le mot dealer a été utilisé à l’encontre des cavistes / C. TERMOTE) et ceux qui le boivent, un dénigrement que l’on a vu ni en Espagne, ni en Italie, nos deux voisins producteurs, ni dans aucun autre pays du monde. Ce furent les campagnes publiques de calomnies assimilant le vin à la mort (2004). Puis les déclarations d’un directeur général de la Santé, Didier Houssin, qui appelait à l’abstinence total pour mieux lutter contre l’alcoolisme (2006). Le président de l’INCA, le professeur Maraninchi s’illustra ensuite en assurant que le vin est cancérigène dès le premier verre (2009). Tout cela sur fond de loi Evin, de logo « dangereux pour les femmes enceintes », de poursuites de bistrotiers, de lobbying contre la publicité en faveur du vin sur internet, etc …, etc… .

Depuis 1960, la consommation de vin a été divisée par plus de deux dans notre pays. Or au cours de la même période, les ventes de tranquillisants ont bondi de zéro à plus de 60 millions de boites par an. C’est un fait, la FRANCE officielle a tourné le dos à son vin, le plus subtil, le plus civilisé des anxiolytiques, celui que le monde entier nous envie, pour gorger son peuple d’anti-dépresseurs. Avec quel succès !! Et plus ils en ingurgitent, plus nos concitoyens sombrent dans la morosité et le pessimisme, comme l’a souligné un récent sondage international.

Ce qui nous ramène à la triste affaire du Médiator, c’est le comportement de l’ANPAA, de l’OFDT, de l’INPES, de l’INCA, de la MILDT, toutes ces agences, autorités et autres organismes publics qui prolifèrent, soutenus par les laboratoires. Dix ans qu’ils dénigrent la civilisation du vin. Mais on a jamais vu ces autorités censées lutter contre les addictions, dénoncer la pire d’entre elles, l’addiction aux tranquillisants. Ce petit monde y trouve son compte. Les labos s’enrichissent tandis que nos gouvernements s’offrent la paix sociale en plaçant les citoyens sous tutelle chimique subventionnée. Les antidépresseurs, Ben Ali et Moubarak auraient dû y songer pour leurs administrés !

Ecoutons GOETHE : Le vin réjouit le cœur de l’homme et la joie est la mère de toutes les vertus. On attend le mot du poète sur les Lexomil, Prozac et autre Temesta, nouvelles mamelles du peuple du FRANCE. »

Je n’ai vraiment rien à retirer à ce texte, et c’est en l’état que je vous le propose à la lecture. J’attends vos éventuels commentaires, notamment de ceux qui, depuis mes premiers articles sur l’existence d’une volonté de censurer le vin (la prohibition) avec le soutien des laboratoires pharmaceutiques, trouvent la cave de Moncorneil vraiment infréquentable.

 

VIN-ET-ANXIOLYTIQUES-001.jpg

Repost 0
LA COMPAGNIE DES VINS - dans VIN ET CENSURE
commenter cet article
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 16:26
Première victoire pour l’Honneur du vin
La brochure « nutrition » de l’Institut National de Cancer retirée

« Le risque de cancer s’accroît dès le premier verre d’alcool ». On se souvient de cette phrase, extraite de la brochure de l’Institut National du Cancer (INCa), qui devait être diffusée à tous les praticiens français. Et bien entendu, une seule boisson y était citée, le vin ! Déjà en 2008, L’institut National de la Consommation parlait de la première goutte ! C’était en début d’année et cette première goutte de vin avait, pour les vignerons, les producteurs et plus largement les acteurs du monde vitivinicole, fait déborder un vase déjà plein à ras bord. En réaction, l’association « Pour l’Honneur du Vin » était créée et se donnait pour mission de réagir concrètement à toutes les agressions oenophobes. Le recours administratif et préalable auprès du ministère de la Santé pour obtenir la non diffusion de cette brochure vient de porter ses fruits. Non seulement les 70 000 exemplaires imprimés n’ont pas été envoyés aux médecins, mais le texte a été retiré du site du ministère. Par ailleurs, l’association a également fait retraduire le rapport mondial World Cancer Research Fund (WCRF) qui était revendiqué comme référence et elle a pu mettre en évidence de graves distorsions dans son interprétation. L’Honneur du vin compte bien garder la main et continuer la contre-offensive. Si la présentation, prévue fin juin, de la version définitive du plan cancer 2009/2013 par le président de la République a bien été différée, l’Honneur du Vin reste vigilant. Tous les textes, rapports, analyses et compte-rendus d’actions sont disponibles sur le site www.honneurduvin.co

CHIROULET-2.jpg

Repost 0
LA COMPAGNIE DES VINS - dans VIN ET CENSURE
commenter cet article
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 11:12

Selon une étude britannique, une consommation modérée d'alcool pendant la grossesse pourrait même avoir des vertus.

La fin de la culpabilité? Boire un verre de vin par semaine pendant sa grossesse n'aurait pas de conséquences sur le développement du bébé, avance une étude parue dans la revue scientifique Journal of Epidemiology and Community Health (JECH).  

Les résultats de cette étude montrent qu'une consommation occasionnelle d'alcool n'augmente pas les risques de troubles du comportement ou de problèmes psychologiques chez l'enfant. Au contraire, précise les scientifiques britanniques, les mères ayant bu un verre de vin par semaine réduisent les risques d'hyperactivité et de troubles pour leurs enfants.  

 

Des conclusions qui contrastent avec la campagne "zéro alcool" lancée par le ministère de la Santé et l'Inpès en 2006. "Une consommation d'alcool pendant la grossesse, même ponctuelle ou faible, peut entraîner des risques importants pour l'enfant à brève échéance", met en garde le ministère pour dissuader les femmes enceintes de consommer de l'acool.  

L'étude britannique, si elle déculpabilise les mamans, va plus loin en avançant qu'un verre de vin par mois peut même avoir des vertus pour les enfants.  

Cette étude, publiée par sept scientifiques britanniques, se base sur un échantillon de 11 000 mères.
(source: EXPRESS. fr)
FEMME-AU-VERRE-4.jpg  
Repost 0
LA COMPAGNIE DES VINS - dans VIN ET CENSURE
commenter cet article
16 mars 2010 2 16 /03 /mars /2010 11:13

 Le vin fait de la résistance

 

Le vin a ce privilège de créer le débat, de ne pas être encore tombé dans lindifférence, voir même de faciliter les échanges, de donner une valeur au rapport des hommes avec sa terre, son histoire, ses traditions.

Loin dêtre ringard, dépassé et fini, le vin est un élément de notre richesse régionale, et à la fois, le digne représentant de notre fierté nationale à travers le monde, qui arrive en deuxième place, derrière laéronautique, à lexportation !

Il est à ce point sujet dactualité, que cette semaine le CSA (Conseil Supérieur de lAudiovisuel) va justement rendre son verdict concernant deux projets de télévision sur le vin. Et comme vous le savez, la mission impossible tient au fait que la télévision en France est soumise à lapplication de la loi Evin qui nautorise pas la publicité de lalcool.

Si nous en restons là, nous aurons soit une télévision sur le vin, sans bouteille, sans étiquette, sans dégustation, sans recommandation, sans mise en scène ou mise en bouche ou alors une télévision contrainte de sexpatrier à létranger pour sautoriser via dautres canaux de diffusion de nous parler de vin.

Un sacré « French Paradoxe » dont nous entendrons encore parler sur la planète vin qui pendant ce temps-là continue de tourner.

Editorial de TERRE DE VIN le 16 mars 2010 

 

 

 

Repost 0
LA COMPAGNIE DES VINS - dans VIN ET CENSURE
commenter cet article
24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 10:47

Le French Paradox n'est plus un mystère

   

La science vient de résoudre un mystère qui a longtemps laissé perplexes scientifiques, corps médical et consommateurs de vins : le fameux French Paradox qui veut que boire modérément du vin rouge réduit le risque de maladies cardiovasculaires. Ce qu'ont constaté de nombreuses études épidémiologiques et ce qu'expliquent aujourd'hui des chercheurs de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) de l'université d'Angers. L'équipe de chercheurs avec des chercheurs de Strasbourg et Toulouse, a découvert par quel mécanisme moléculaire les polyphénols du vin rouge conduisent les cellules des parois artérielles à produire du monoxyde d'azote (NO), un vasodilatateur, selon des travaux parus dans la revue scientifique américaine d'accès libre, PLoS One.

 

 

Le mécanisme élucidé passe par l'un des récepteurs des hormones oestrogènes des cellules de la paroi vasculaire, le sous-type alpha, auxquels se lient les molécules de polyphénols.

 

 

Ramaroson Andriantsitohaina et son équipe sont partis de l'hypothèse, qu'un polyphénol, la delphinidine, activateur du récepteur suffirait à déclencher la production de monoxyde d'azote dans les cellules endothéliales et à relâcher ainsi la pression artérielle.

 

 

Effectivement, les polyphénols du vin rouge provoquent la baisse de la tension artérielle chez les souris dotées du récepteur ERalpha, mais n'induisent aucun "relâchement vasculaire" chez les souris qui en sont dépourvues.

 

 

Preuve que les bienfaits sur la souplesse des artères des polyphénols nécessitent la présence de ce récepteur à oestrogènes.

 

 

Cette découverte, outre l'explication scientifique du French Paradox (moins d'infarctus dans le Sud-Ouest de la France à l'alimentation assez riche en graisses -foie gras, confit de canard- et en vin) ouvre de nouvelles pistes sur le "potentiel thérapeutique des polyphénols contre les maladies cardiovasculaires", selon les chercheurs. (Avec AFP)

Repost 0
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 11:22

DES STATISTIQUES ALEATOIRES (PARTIE 2)

 

BEAUCOUP TROP D’EXPERTS

            J’ai dans un article précédent déjà parlé de ces officines officielles engagées dans la lutte acharnée contre l’alcool et le vin tout particulièrement, où le Président de l’une coopte le directeur de l’autre, et vice versa, où l’argent public, lui, coule à flots ininterrompus (le budget de l’ANPAA était en 2006 de 66,5 millions € entièrement issus de subventions gouvernementales et privées (labo) permettant un effectif de 1329 salariés) et dont leur rôle d’expertise est toujours d’alimenter à charge le procès contre le vin, quitte à faire des faux en détournant les résultats d’études favorables à la consommation raisonnable de vin.

         Heureusement, la crise financière de 2008 et la crise pandémique de la grippe A en 2009 ont démontré l’incompétence, voire la malveillance de toute cette sphère experte.

         Dernièrement, l’ANPAA (Association Nationale de prévention en alcoologie et addictologie) assure que 8,6% des français, soit plus de 5 millions d’habitants, seraient alcoolo-dépendants. Selon une enquête effectuée en 2000, chaque personne questionnée qui déclare ne pas vouloir se passer de son verre de vin par repas est considérée comme dépendante à l’alcool. A ce compte là, l’ancienne doyenne des français, Jeanne Calment, qui un siècle durant a pris plaisir à boire son verre de porto journalier, aurait été considéré comme dépendante à l’alcool par ces experts en blouse blanche.

Remarquez que cette conclusion n’est pas à leur avantage, car dans cet exemple de longévité, comment nier les bienfaits du vin bu avec modération ?

Bernard BUTSCHY, professeur de statistiques à l’école nationale supérieure des télécommunications affirme « Dés qu’il s’agit du vin et de l’alcoolisme, comme du tabac d’ailleurs, tous les chiffres de la santé publique sont en France à prendre avec précaution, pour ne pas dire qu’ils sont manipulés. »

         Alors que la consommation de vin est passée de 127 litres par an et par habitant en 1960, à 54 litres en 2005 (avec toutes les réserves sur ces chiffres, seul l’écart entre les deux est parlant), avec l’arrêt total du vin-aliment, la France dépense encore chaque année 200 millions d’’€ pour associer l’image du vin à un poison.

         Paradoxalement (mais est-ce vraiment un paradoxe !!), la France a consommé 60 millions de boites d’anxiolytiques en 2007 pour un quasi zéro en 1960 !!

En sommes nous plus heureux ?

Mais dans ce cas, chut !  Pas d’étude, pas de chiffre, pas de mise en garde. Dormez tranquille !!

Repost 0
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 11:05

DES STATISTIQUES ALEATOIRES (PARTIE 1)

 

BOIRE OU CONDUIRE, IL FAUT CHOISIR

         Je pense ne pas être le seul à avoir entendu, ces 6 derniers mois, de façon récurrente, chaque mois, que le nombre d’accidents routiers explosait en 2009, que le nombre de victimes augmentait considérablement au point d’inverser la courbe en baisse régulière depuis 10 ans du nombres de tués sur les routes de France.

Et « miracle », le 7 janvier 2010, le ministre des transports, M. BUSSEREAU, a rendu public les chiffres 2009 des accidents de la route, chiffres représentant une nouvelle baisse des accidents, des blessés et des tués sur la route.

Une fois de plus, j’avoue ne rien y comprendre, à moins qu’il ne s’agisse d’une nouvelle manipulation statistique

Soit mensuelle, afin de nous persuader que nous sommes vraiment de très mauvais conducteurs et que donc, un nouveau serrage de vis est indispensable

Soit annuelle, afin de ne pas remettre en cause toute la stratégie plutôt répressive mais bien rentable mise en place depuis 8 ans.

         Dans ce nombre d’accidents survenant chaque année, un certain nombre a pour cause une trop forte absorption d’alcool, cela est évident et il est criminel de le nier ou de l’encourager.

Pour notre part, à l’auberge, nous avons toujours freiné une consommation trop importante de vin et/ou d’alcool, si le conducteur pour le retour fait partie des buveurs. Cette attitude est simplement juste, mais sachez que statistiquement, elle n’a aucun intérêt.

En effet, lors d’un accident grave, il suffit que l’un des passagers d’un des véhicules accidentés, ait un taux d’alcoolémie supérieur à la norme (0,50 gr) pour que cet accident entre dans les statistiques liées à l’alcoolisme, même si les conducteurs n’ont rien consommé et sont restés en deçà des 0,50 gr !!!

         Ainsi, 28% des accidents mortels seraient liés à l’alcool, ce qui compte tenu de cette anomalie statistique n’est pas énorme, même si c’est toujours trop.

Mais dans ce cas, que penser des 72% d’accidents liés à des protagonistes n’ayant pas bu d’alcool ? Va-t-il falloir interdire le café, le thé ou l’eau minérale ?

Repost 0
29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 11:16
                        VIGNETTE.jpg
Repost 0